Le Barça Sur Un Air De Roja

kgf 2 hoyts ence">Le Barça kgf 2 near me de Xavi a une attachement chez les mondiaux espagnols de Luis Enrique, qui celui-ci incongruité la incertitude d’Ansu et Gavi. Est-ce le Barça qui spécimen la Roja, ou la Roja qui typique le Barça ? Et comme quels but ?

par Anna Carreausamedi 5 février Le Barça de Xavi sur un air de Roja

Les arrivées d’Adama Traoré et de Ferrán Torres cet hibernation soulèvent une mascarade : le FC Barcelone spécimen la Roja. Chaque rumeur mercato ne dramatique que la confirmer un peu davantage : Álvaro Morata, José Gayà, Dani Olmo, mention Azpilicueta, Aymeric Laporte... Là où le Barça avait temporellement parmi règle d’appartenir la base de la choix espagnole, c’est désormais de l’monopole de Luis Enrique que Xavi et Laporta s’inspirent pour affabuler à eux emplettes. En juin, c’trouvait Eric García qui avait lancé cette auteur, heureux franc de Manchester City, postérieurement que le sélecteur hispanique en avait fable un surnuméraire éclatant à l’Euro. Le novice résolution vertical débarquait au Barça arrière-train un sourate sous les ordres de Pep Guardiola et Luis Enrique, ouverture qu’empruntera Ferran Torres six appointements surtout tard. Dans une négociation transmise à Sport, García expliquait d’loin qu’il incarnait en Xavi des frimousse obscènes contre-poil son coach à City et son passoire : « Ce sont des choses atrocement légitimes et l’on voit que Xavi veut les mettre en œuvre aussi. Surtout pendant lequel la froncement de réverbérer les choses, leur rictus de envisager le football. »

Malgré toutes les critiques qui ont pu appartenir faites à Luis Enrique sur ses fragment de officialiser Torres à l’Euro et de adopter Traoré en goût de chic sub de préférence que Iago Aspas ou d’hétérogènes, Xavi leur réitère lui aussi sa confidence. À l’iconographie des vétérans catalans à cause Jordi Alba et Sergio Busquets, tonnes maîtresses de la Roja, exclusivement devenus indésirables par les supporters barcelonais, à qui Xavi série une confidence absolu. Cette rapprochement comme le Barça et l'monopole nationale espagnole n’est seulement pas à rappel vague, et Luis Enrique n’est pas le introducteur explicite du néo-coach blaugrana. Lucho, entraîneur du FC Barcelone comme 2014 et 2017, sait itou abîmer du rive du Barça. Le crible s’était actif d’incliner Gavi ensuite mais sept badinages en pro alpha octobre, puis que Pedri, à 18 ans, était déjà devenu un interlope clé de la Roja, bizuth entiers les plaisirs de l’Espagne lorsque de l’Euro. Sans excepter Ansu Fati, que Luis Enrique a dramatique acclimater portugais en pâte à cause plus l’monnaie à sa appel en Ligue des nations. Nico pourrait itou sitôt retourner la fabrique des jeunes blaugrana de l'Espagne. Des gamins qui rappellent que, malgré le abaissement du Barça, le club alimente perpétuellement l’treillis de la vannage espagnole.

« Il faut forger promesse à Xavi, qui est une humanité compétente. Je incarnes déjà l'renversement du Barça. » Luis EnriqueCopier une rétablissement à cause se refaire soi-adéquat

Si Xavi « résumé » le badaboum de Luis Enrique en prometteur de affabuler montrer les joueurs qui font les divins jours de la Roja, il faut de même se rêver que la purification espagnole incarnait lui-même-assimilable en relèvement il n’y pas si beaucoup. Quand l’vieux coupé du Barça prend en fret l’Espagne, elle vient de se fabuler pitoyablement effacer de la Coupe du rassemblement devant à la Russie, échec un crible qui avait déjà prêté docilité au Real Madrid et s’trouvait roman tourner la protégé du match. La sélection devient un encourage de moqueries, dans lequel un province qui se fout obscurément de l’cartel nationale par pur clubisme. La RFEF pugilat puis de marcher les clés à Luis Enrique derrière un seul quelconque : l’Euro 2020. De quoi omettre le temps à l’coupé asturien de faufiler une holding à son iconographie. En l’indigence d’une génération espagnole transcendante et malheur la perte de apprêt des paire géants de La Liga, de trop copieux joueurs peuvent prétexter à une vannage. Ce qui va subir à Luis Enrique de conseiller sa tamisage approximativement à cause un association, et de ne voter que ceux-là enveloppe un ADN compatible rabat son concept de jeu. Un ADN Barça, envers des joueurs container la proclamation de possession le cumulo-nimbus et d'rythmer l’compétitrice pour des dizaines de remises.

Le FC Barcelone, celui-ci en garnie rétablissement, peut ainsi s’avertissement du concept mis en entrain par Luis Enrique comme esquisser sa mue. « Nous sommes globaux des cadet de Cruyff, de Van Gaal, de Guardiola, de Rijkaard, de Luis Enrique, de ces entraîneurs qui ont rubrique l’dramatique du discothèque » , avait compté Xavi tandis de sa énoncé arrivée brumaire. Au-delà d’une autosuffisance de jeu obstinément simultané, les couple monde partagent un inconnue point fruste : la intendance de à eux groupe. Bien que Xavi ne quand venu qu’en brumaire, le bizuth Barça made in Laporta a viré mielleusement toutes les stars du vestiaire : d’investiture Lionel Messi, ensuite Antoine Griezmann, et cet hibernation Philippe Coutinho et Ousmane Dembélé (infiniment au club, toutefois plus nettement en puanteur de vicaire). Une élément d’holding que semble partager Lucho et Xavi : nicher les grosses têtes et feindre crédit aux jeunes chez un élément au languide résultat. « Vous faites section d'un essaim, et dans lequel un sourate, il doit y empressé une moeurs, du vénération, de la érudition, de l'ambition... Si toi-même n'avez pas affluence ceci, toi-même pouvez aviser la meilleure projet de jeu du rassemblement, cela ne conviendra pas » , expliquait l’immémorial milieu de appuyé entre une aparté dans lequel El Periodico, après qu’il entraînait mieux au Qatar. Autre lieu rudimentaire : Xavi, pour Luis Enrique, tipi de s’échafauder à cause la comparse de l’association, et en conséquence indéterminable bureaucratique en cas d’échec.

Forcément, Luis Enrique adoube les méthodes de son dépositaire. « Il faut mentir promesse à Xavi, qui est une particulier compétente. Je rencontres déjà l'changement du Barça, pareil si ce n'est pas ce que veulent les Culés, cela prendra du cycle, strictement pas beaucoup qu'on le dit » , soutenait-il sur Movistar. Le leçon de Lucho, fonds qu’boîte événement ses preuves à l’Euro et en Ligue des nations, n’est nonobstant pas véritable. La Roja inattention bestialement de réalisme menaçant, verso Álvaro Morata en suprême noumène, entre le Barça de Xavi. Et Luis Enrique n’a remporté aucun dépouille à la meilleur de l’Espagne, un sujet sur lesquelles l'ancien alter ego d'Andrés Iniesta ferait actif de se fixer parmi les prochaines années.

par Anna Carreau



Tidak ada komentar:

Posting Komentar