Critique de «Tokyo Vice»: le drame HBO Max Crime de Michael Mann est une combustion lente et grésillante

 Si vous pouvez dépasser son complexe de sauveur blanc (et l'acteur qui l'incarne), J.T. Le drame d'investigation de Rogers constitue une histoire de crime pointue et captivante.


Pour un spectacle entièrement apposé sur le visage d'Ansel Elgort, "Tokyo Vice" est une entreprise étonnamment enrichissante. Mis à part le confort subjectif des téléspectateurs à passer des heures après des heures à proximité d'un acteur accusé d'agression sexuelle (Elgort a nié les allégations), il y a au moins deux problèmes prévisibles à se concentrer si fortement sur "West Side Story" et "Baby Driver ” star: D'une part, il n'est pas un artiste souvent loué pour ses expressions aiguës. Il peut danser, bien sûr, mais c'est son physique plus que son visage plat de garçon qui a servi ses projets jusqu'à présent. Deuxièmement, centrer toute histoire se déroulant au Japon, tournée au Japon et concernant principalement des citoyens japonais autour de tout Américain blanc déclenche la sonnette d'alarme. Nous sommes en 2022. Nous n'avons pas besoin d'un autre "dernier samouraï".


En parlant de cela, la solution à ces problèmes attendus aurait peut-être été de se concentrer sur Ken Watanabe à la place, la star de soutien nominée aux Oscars de "The Last Samurai" et la deuxième série régulière ici. Son excellence continue à l'écran mérite plus qu'un rôle principal, mais "Tokyo Vice" s'en tient à la même perspective que ses sources dans le suivi d'une version fictive de Jake Adelstein, l'auteur des mémoires de 2009 "Tokyo Vice : An American Reporter on the Police Battre au Japon. De tels choix peuvent mettre la série dans un trou dans lequel certains téléspectateurs ne verront pas, et c'est juste. Pourtant, quiconque connaît le talent de Michael Mann pour les gros plans décentrés, qui fait confiance à ses fouilles régulières d'hommes peu recommandables, devrait trouver "Tokyo Vice" une montre compulsive, même après que l'auteur de "Miami Vice" quitte le fauteuil du réalisateur.


En sautant l'ouverture mal calculée dans les médias (vraiment, c'est mieux si vous sautez les cinq premières minutes), la première reprend en 1999, alors que Jake étudie pour son examen de qualification au journal Meicho Shimbun (un remplaçant fictif du premier film d'Adelstein employeur, Yomiuri Shinbun). Il parcourt des livres d'économie japonaise pendant le trajet en bus jusqu'à son travail de jour en tant que tuteur d'anglais. Il s'entasse au comptoir d'un restaurant local, étudiant les conditions météorologiques jusqu'à ce qu'il soit trop mort cérébral pour faire autre chose que de la danse de rage dans un club local. Mais il passe, et bientôt il est affecté au même bureau de départ que tous les jeunes journalistes : la police battue.


On lui a dit qu'il écrirait sur des sacs à main volés et des gens qui s'étouffent avec des gâteaux de riz, Jake vise plus haut. Plutôt que de régurgiter des rapports de police, il fait ses propres fouilles – et se fait réprimander pour cela. Ce que Jake ne réalise pas au début, c'est que les journaux et la police travaillent à l'unisson ; si une victime est poignardée à mort, vous ne pouvez pas signaler un "meurtre" à moins qu'il ne soit doublé par les flics. Et on lui donne rarement cette étiquette. Pourquoi? Parce que le yakuza gère ses propres affaires. Si la police doit procéder à une arrestation, le syndicat du crime coupable proposera l'un des siens et le département de police de Tokyo acceptera sa culpabilité afin de maintenir la paix. S'ils ne le font pas, la guerre pourrait éclater entre les différentes branches des yakuza et la ville sombrerait dans le chaos.


Chaque cas nécessite sa propre négociation, mais les règles tacites restent une constante. C'est un équilibre délicat, et Jake est rapide à apprendre mais lent à accepter. Bientôt, il rencontre Hiroto Katagiri (Watanabe), un vétéran de la force partageant les mêmes idées qui aide à éduquer le jeune Américain. Mais les diverses enquêtes de Jake – y compris son histoire principale sur une société insaisissable liée à une série de suicides – le mettent également en contact avec des dirigeants de yakuza, un aspirant propriétaire de boîte de nuit et divers membres de la pègre dangereuse de la ville.


Le genre le plus remarquable des cinq premiers épisodes est peut-être leur genre réel. Malgré le titre, l'émission est plus "The Insider" que "Miami Vice". Ce n'est pas autant un fil de détective qu'un drame de journaliste d'investigation. Rinko Kikuchi ("Babel", "Kumiko: The Treasure Hunter") joue Emi Maruyama, le "Sub-cap" de Jake (un éditeur superviseur, essentiellement), et elle met l'accent sur le fait de bien faire le travail, plutôt que de simplement chasser plus grandes histoires. Jake vit pratiquement dans la salle de presse. Ses seuls amis – à part Samantha, interprétée par Rachel Keller de « Legion », qui travaille comme hôtesse tout en économisant pour ouvrir sa propre boîte de nuit – sont deux journalistes débutants.


Mann, qui ne réalise que le premier épisode mais qui produit toute la série, excelle à présenter au public la version de Jake du Japon de la fin des années 90. Ses gros plans brevetés servent également à établir des prises de vue, comme lorsque Jake entre pour la première fois dans la salle de rédaction et, même si un côté de son visage occupe un tiers complet du cadre, nous pouvons voir tout le bureau comme il le fait : rangée après rangée de de minuscules bureaux, des armoires encombrées et des collègues suspects sont dévoilés alors que le travelling serré dévoile un tout nouveau monde autour de lui. Ici et ailleurs, Mann profite de la taille de Jake. Un autre coup, celui-ciun statique, voit Jake quitter un bar, se baisser sous une bannière suspendue (pour continuer à la frôler), monter à l'étage dans la pièce du dessus et remplir toute la fenêtre une fois qu'il a allumé la lumière. C'est un Américain visiblement déplacé au Japon, à la fois par l'espace excessif qu'il occupe partout où il va et par les perturbations qu'il espère causer avec ses reportages.


L'inventivité de Mann ne s'arrête pas là. Plus tard, il y a une superbe photo du visage d'un homme mort – seulement, son expression au premier plan est floue et l'accent initial est mis sur les trains qui s'entrecroisent derrière lui. Ensuite, Mann recule lentement pour révéler que la victime a été poignardée. la balustrade derrière lui et l'épée laissée dans sa poitrine créent une diagonale similaire aux trains traversant la ville derrière lui, et le tir devient une métaphore visuelle de la profondeur avec laquelle le yakuza a pénétré Tokyo lui-même.


Mann n'a jamais réalisé d'épisode de "Miami Vice", mais en tant que producteur exécutif, il est largement reconnu pour avoir créé le style et le ton sans précédent de la série. On ne sait pas s'il joue un rôle similaire pour "Tokyo Vice", car il y a des changements notables entre la première et ce qui suit. (JT Rogers est le créateur et producteur exécutif, tandis que Josef Kubota Wladyka et Hiarki réalisent chacun deux épisodes.) L'épisode de Mann s'appuie sur le langage visuel pour transmettre la compréhension émotionnelle et le développement de l'intrigue. Les heures suivantes offrent une exposition plus parlée, garantissant que le public ne se perd pas pendant l'enquête sinueuse. La première est également entièrement consacrée à Jake, tandis que la deuxième heure revient en arrière pour élargir notre perspective. (Le casting est très fort. En plus de la commande assiégée de Watanabe, Shô Kasamatsu livre un tour en couches à la fois bouillonnant et déchirant. Même Elgort est beaucoup plus malléable ici qu'il ne l'a été dans le passé.)


"Tokyo Vice" peut s'avérer trop lent pour un public de masse, et il y a plusieurs moments où on a l'impression de suivre le personnage le moins intéressant. Rogers se soucie moins de développer des individus distincts que d'explorer le ventre criminel du Japon, mais si vous pouvez accepter Jake, Hiroto et Emi en tant que héros de chevaux noirs, luttant pour la vérité et la justice dans une ville corrompue, la série trouve régulièrement son rythme en tant que noir dur. Les derniers épisodes laissent place à des révélations clés, à une action qui donne à réfléchir et même à quelques rires, laissant espérer que "Tokyo Vice" pourra commencer à tirer sur tous les cylindres avant la fin. Mais il y a encore plus qu'assez de grésillement pour investir dans la dernière étude à combustion lente de Mann sur les criminels et leurs gardiens potentiels.

http://maps.google.de/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

5 http://www.google.de/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

6 http://images.google.co.uk/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

7 http://maps.google.co.uk/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

8 http://www.google.co.uk/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

9 http://maps.google.co.jp/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

10 http://images.google.co.jp/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

11 http://www.google.co.jp/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

12 http://www.google.fr/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

13 http://images.google.fr/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

14 http://maps.google.fr/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

15 http://maps.google.es/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

16 http://images.google.es/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

17 http://www.google.es/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

18 http://images.google.com.br/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

19 http://www.google.com.br/url?sa=t&url=https://deida.xyz/

20 http://maps.google.com.br/url?sa=t&url=https://deida.xyz/


Tidak ada komentar:

Posting Komentar